C’est Décembre…

A Maurice Merlié

 

C’est Décembre et les troupeaux là-bas vont vers le Sud
Parmi les souches et la pierraille blanche.

Assez des migrations assez des transhumances !
Je ne veux plus me briser aux vents qui traversent le Sud
Aux pluies lourdes lavant les ossuaires de l’enfance
Qu’importent à présent les guetteurs camouflés de mes constellations
Ils ne me reconnaîtront plus.

Loin de la mer respirante
La route de l’avenir jetée comme un pont
Sur un si vertigineux espace
Sur une telle absence

Rien à déclarer à la douane du passé !

%d blogueurs aiment cette page :