Sade à La Coste

A Jean-Max Toubeau

 

Le scorpion fossile meurt encore sur la brèche de l’été
Sade (Sad pour moi)
Deux fois ressuscité sous le désordre des pierres
Ne s’accoude plus à la nuit de Vaucluse
Il voyage dans la parole
Alors que sa demeure n’est plus qu’un calque
Sa présence l’ombre oblique sur une dalle
Qui gagne sur la nuit.

%d blogueurs aiment cette page :