Hier la mer

A Issa Asgarally

 

Calme. Au loin la mer dénouée
Balance le ciel des exils.
L’écume aux brisants s’est vouée.
J’ai renié l’âme des îles.

Roi, j’ai perdu mes caravelles,
Trahi l’enfance aux cheveux verts.
Je remonte avec les civelles
Les courants certains de la mer.

Roi, j’ai vendu mon héritage
Doux-amer pour d’autres royaumes
Et de mon seul destin l’otage
J’étreins le vide de mes paumes.

Calme. Au loin la mer dénouée
Balance le ciel des exils.
L’écume aux brisants s’est vouée.
Quels soleils roux brûlent mes cils ?

(29 février 1956)

%d blogueurs aiment cette page :